Pratiques de pointe

Nos pratiques de pointe

Huit pratiques de pointe potentielles ont été identifiées et progressent à vitesse variable dans leur développement :

1- La réadaptation fonctionnelle intensive pour la clientèle des ainés ayant subi un traumatisme craniocérébral (TCC) : l’approche revue et revisitée

Les ainés se différencient par la spécificité et la complexité de leur situation. La littérature affirme l’importance de tenir compte de ces éléments dans la réadaptation. En l’absence de lignes directrices et du peu d’études concernant la réadaptation auprès de cette clientèle, une équipe du Programme des TCC adultes et ainés est préoccupée par les services offerts auprès de cette clientèle grandissante et travaille à l’adaptation de son offre de services. L’adaptation des interventions en fonction des facteurs personnels et environnementaux et des habitudes de vie sont les principaux volets de cette pratique de pointe.

Chef de programme : Debbie Furlotte

2- La clientèle pédiatrique ayant un diagnostic de trouble d’acquisition de la coordination (TAC) : mieux comprendre, mieux outiller, mieux vivre

Actuellement, l’enfant présentant un diagnostic de TAC reçoit des interventions ciblées sur ses déficiences et ses incapacités afin de contrer le trouble moteur observé dans ces cas. Toutefois, il est maintenant reconnu que les interventions orientées vers la tâche ou les occupations fonctionnelles quotidiennes ont des effets plus grands que celles orientées vers les incapacités. Les intervenants du Programme développement de l’enfant de l’IRDPQ ainsi que du Centre de réadaptation Estrie mettent en commun leur expertise afin de développer une pratique de pointe visant à mieux outiller les enfants de 5 à 12 ans et leurs parents dans la gestion du TAC, soit par l’amélioration des connaissances du trouble et de ses répercussions sur les habitudes de vie, sur la participation active au processus de réadaptation et sur la généralisation des stratégies apprises dans leurs milieux de vie.

Chef de programme : Anne-Marie Vincent

3- Une réadaptation fonctionnelle intensive spécifique aux porteurs d’implants cochléaires bilatéraux

Membre du Centre québécois d’expertise en implant cochléaire, l’IRDPQ est chef de file dans l’offre de services auprès de la clientèle ayant reçu un implant cochléaire. Avec l’arrivée de l’implantation bilatérale, il devient incontournable de redéfinir l’offre de services auprès de cette clientèle émergente. Les données probantes, les consultations et l’expertise clinique des intervenants du Programme en déficience auditive enfants-adolescents et implants cochléaires tous âges sont mises à profit dans le développement de cette pratique.

Chef de programme : Paola Albornoz

4- Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle présentant un trouble primaire du langage

L’expérience clinique actuelle démontre que la plupart des jeunes n’ont pas les prérequis nécessaires pour entamer leur transition vers la vie adulte lors de leur arrivée au Programme de soutien à l’intégration sociale (PSIS). Les écrits sur le sujet mentionnent la nécessité de débuter tôt la préparation de l’enfant dans son rôle d’adulte et d’impliquer la famille. Des lacunes sont identifiées au niveau des services de transition offerts qui devraient tenir compte autant du soutien de l’entourage que du développement des compétences des jeunes. Un manque de connaissances est exprimé par les parents. Devant ce constat, le PSIS, en étroite collaboration avec le Programme en déficience du langage et l‘Association québécoise de la dysphasie Capitale-Nationale, développe cette pratique de pointe visant à instaurer un continuum de service intégré, débutant par une préparation précoce à la transition et impliquant plusieurs partenaires concernés par la problématique, et ce, dès l’âge de 12 ans. 

Chef de programme : Sylvie Chénard

5- L’évaluation du niveau de risque pour mieux répondre aux besoins de la clientèle enfants-adolescents ayant subi un TCC léger

L’évaluation précoce du niveau de risque de présenter un pronostic défavorable de récupération à la suite d’un TCC léger est l’approche préconisée auprès de la clientèle pédiatrique. Toutefois, la littérature rapporte très peu d’éléments sur les facteurs pouvant interagir et être associés à la durabilité des symptômes et à la récupération. Aucun guide de pratique précis sur l’intervention spécialisée de réadaptation n’existe à cet effet. Une équipe du Programme des atteintes cérébrales travaille à l’élaboration de cette pratique de pointe visant à mieux différencier les niveaux de risque et ainsi permettre une gestion du risque plus efficace et plus rapide. Les jeunes ayant subi un TCC léger pourront bénéficier d’évaluations et d’interventions plus ciblées et conséquemment plus efficaces.

Chef de programme : Stéfany Garneau

6- La physiothérapie en réponse aux acouphènes ayant une composante somatosensorielle

La clientèle présentant des acouphènes ayant une composante somatosensorielle n’est pas différenciée de l’ensemble des usagers qui reçoivent actuellement des services en audiologie et en psychologie pour le soulagement de leurs symptômes. Selon la littérature, diverses manipulations manuelles musculosquelettiques en physiothérapie contribueraient à diminuer la perception de ce type d’acouphène. Cette voie prometteuse fait l’objet d’un projet de recherche au Programme en déficience auditive et surdicécité.

Chef de programme : Johanne Cantin

7- Réadaptation auprès des personnes ayant un TCC grave avec état de conscience altérée 

À venir

8- Suivi long-terme de la clientèle blessée médullaire

À venir