Colloque en douleur chronique

Affiches

1.       L’ergothérapie, pour maximiser le potentiel fonctionnel des personnes en douleur persistante

Jude Martel, ergothérapeute au CSSS Alphonse-Desjardins

 

La douleur chronique a un retentissement important sur plusieurs sphères de vie de la personne atteinte, pour lequel l’approche globale centrée sur le développement d’habiletés fonctionnelles spécifiques à l’ergothérapeute s’avère particulièrement intéressante. Ainsi, les diverses interventions offertes par ce professionnel s’adresseront tant à la personne aux prises avec cette douleur persistante, à ses activités significatives, qu’à son environnement physique, social ou de travail. À travers des mises en situation adaptées au besoin du client, l’ergothérapeute abordera 5 grands axes d’interventions pour faire face à la douleur chronique soit 1) l’enseignement; 2) l’intégration des stratégies actives de gestions de la douleur; 3) le développement des capacités fonctionnelles; 4) la motivation à l’occupation; 5) l’investissement d’une routine satisfaisante et significative selon les capacités résiduelles.  Cette affiche interactive fera vivre aux participants une expérience de prise en charge par un ergothérapeute en contexte de douleur chronique. Les participants seront donc à même d’expérimenter brièvement les modalités et bienfaits d’une intervention ergothérapique dans un contexte de douleur chronique et mieux comprendre l’importance du rôle de ce professionnel auprès de cette clientèle.

 

2.       Le rôle du psychologue en douleur chronique et ses mandats cliniques

Sonia Ginchereau, psychologue à l’IRDPQ

Affiche portant sur la description du rôle et des mandats clinique du psychologue.

 

3.       Les rôles des physiothérapeutes travaillant auprès de personnes présentant des douleurs dans le CEGDC : première étape pour harmoniser nos pratiques professionnelles

Denis Laberge, physiothérapeute à l’IRDPQ
Le but principal de la présentation est de décrire les rôles des physiothérapeutes travaillant auprès de personnes présentant des douleurs chroniques au sein du CEGDC-UL. Seront abordés : Les rôles dits plus traditionnels d’évaluation des déficiences physiques, des patrons de mouvements et des déficits posturaux et d’intervention adressant ces aspects musculo-squelettiques.

D’autres rôles du physiothérapeute au sein de l’équipe interdisciplinaire tels : l’évaluation visant à :  A- soutenir / préciser le diagnostic médical et clarifier le potentiel de réadaptation –   B- participer à l’évaluation d’équipe de la personne eu égard à ses connaissances, ses attitudes et ses comportements (examen clinique et questionnaires). Les interventions d’enseignement individuel et de groupe des bases de la neurophysiologie de la douleur, de l’importance de l’intégration de l’exercice et d’autres conditions chroniques sous-jacentes à la douleur. Ces interventions d’enseignement adressent aussi l’aspect comportemental et certains autres facteurs psycho-sociaux. Finalement sera discuté le rôle du physiothérapeute à la participation au transfert des connaissances et à la recherche clinique afin de faire progresser les pratiques professionnelles.

 

4.       Le rôle du conseiller d’orientation en douleur chronique

Luc Duval, conseiller d’orientation et psychothérapeute

Le rôle du conseiller d’orientation dans une équipe interdisciplinaire en douleur chronique : son expertise et sa contribution.

 

5.       Développement d’un programme de réadaptation en douleur chronique pour les personnes vivant avec une lésion médullaire

René Quirion, coordonnateur clinique et ergothérapeute à l’IRDPQ

 

La majorité des personnes atteintes d’une lésion de la moelle épinière vivent avec des douleurs chroniques. Beaucoup d'entre elles évaluent la douleur chronique comme l'une des complications secondaires les plus difficiles à gérer.  Le but de cette étude était de développer le modèle logique d’un programme de réadaptation pour les personnes ayant subi une lésion médullaire qui vivent avec une douleur chronique dans l'est de la province de Québec.

 

Une revue systématique a été menée pour développer le modèle théorique du programme. La technique de recherche d'information par animation d'un groupe d'expert (n 11) a été utilisée pour la validation du modèle. Par la suite, l'acceptabilité du modèle logique a été évaluée à l’aide d’entrevue téléphonique auprès d’usagers et de leurs proches. Pour assurer la représentativité de l'échantillon, des entrevues téléphoniques ont été utilisées auprès des gens ne pouvant se déplacer à l’IRDPQ et un groupe de discussion a été mené auprès de celles résidant dans la région de Québec. Une analyse qualitative de ces consultations a été utilisée pour adapter le modèle logique final du programme. Ce programme multidisciplinaire d'autoprise en charge de la douleur chronique combine des interventions cognitivo-comportementales, physiques et pharmacologiques. Il se compose d’interventions individuelles et de groupe. Ce programme d’une durée de trois mois sera suivi de trois séances de rappel échelonnées sur une période de six mois. L’objectif actuel est de tester et d’évaluer ce programme à l’aide d’un groupe de personnes ayant subi une lésion médullaire et vivant de la douleur chronique.